Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Conscientisation’ Category

valeur economiqueJ’ai appris récemment qu’une analyse menée en 2005 a évalué la valeur économique des chauves-souris américaines à 2,9 milliards de dollars par an! Pas mal, non ?

Ce montant a été calculé en considérant les pesticides qui auraient été utilisés pour détruire les insectes dévorés par les chauves-souris. Même si je n’affectionne pas particulièrement les chauves-souris, je dois avouer que ce chiffre monétaire annualisé me fait réfléchir et me transforme presqu’en protecteur des rongeurs volants. Car grâce à cette information factuelle, je peux mesurer la conséquence d’une disparition des chauves-souris.

Peut-on faire le même exercice avec les OBNL québécois, globalement ou selon les différents secteurs d’intervention ? Je ne crois pas, mais j’aimerais bien me tromper parce que ça changerait beaucoup la dynamique de la demande de don. Un peu comme si on passait d’une demande de charité à une proposition concrète de projet social à grande valeur économique.

Prenons l’exemple des organismes caritatifs offrant des soins palliatifs. Voilà un domaine pour lequel il serait intéressant de mesurer la valeur économique totale (si ce n’est pas déjà fait). Imaginons que les OBNL québécois offrant des soins palliatifs disparaissent demain, on sait intuitivement qu’il y aurait un coût énorme pour que l’état québécois prenne le relais. Cette disparition aurait effectivement un aspect très concret et tangible, sans compter la qualité des soins qui diminuerait probablement. Et comme ces soins devraient maintenant être financés entièrement à partir de nos impôts, la valeur économique de ce secteur caritatif serait encore mieux comprise par le grand public.

La même chose est probablement vraie pour d’autres secteurs de « l’industrie » philanthropique qui ont tous besoin de cette évaluation économique afin de modifier la perception de la population qui parfois (trop souvent) ne voit pas du tout l’intérêt de d’investir du temps ou de donner de l’argent pour que l’organisme XYZ puisse réaliser sa mission sociale.

Ça ne fait que 5 ans que je travaille dans le milieu philanthropique, c’est donc avec une dose d’humilité que j’affirmerai que le calcul de la valeur économique des OBNL québécois devrait être une priorité pour tous les organismes de façon indépendante ou en tant que « secteur d’intervention ». Le calcul de cette valeur économique n’est pas simple, j’en conviens. Il y a beaucoup de variables à considérer, un modèle d’évaluation complexe à construire. Mais malgré ces défis, il faut trouver une solution.

Pourquoi ? Parce que la charité des donateurs cède rapidement la place à une notion d’investissement dans une cause. Et un investissement vient avec une attente de rendement, le besoin de se faire rendre des comptes et de voir la démonstration que la décision de donner à cette cause plutôt à une autre a été la bonne.

Ceci ne veut pas dire que la communication des OBNL devrait se faire uniquement au niveau de l’argent et de l’utilisation efficace des fonds. Je crois au contraire qu’il faudra créer toujours plus de contenu multimédia à partager avec la communauté des sympathisants qui appuie une cause pour l’entretenir d’histoires riches en émotions. Toutefois, je crains que les belles histoires ne suffiront pas à elles seules à rendre les québécois plus généreux … il va falloir en plus une démonstration économique.

Alors, si vous connaissez des études sur la valeur économique des OBNL, je vous invite à les partager en commentaires ci-dessous. Dans le cas où vous êtes impliqués dans un projet qui touche à ce qui est discuté dans cet article, je serais curieux d’en savoir davantage. Et si jamais vous connaissez un analyste économique qui se cherche un défi stimulant, glissez-lui en un mot … on sait jamais!

Read Full Post »

desjardins

Edelman relations publiques m’a informé hier d’un concours lancé par Desjardins que je trouve excessivement intéressant dans la catégorie « marketing responsable »: Créer l’avenir. Voici d’abord la description du concours et je vous explique après les 4 raisons qui me portent à croire que ce concours sera un succès :

« Animé par ses valeurs coopératives, Desjardins organise, en partenariat avec l’émission Tout le monde en parle, une grande consultation afin d’inspirer ses actions. 

Les participants peuvent exprimer leurs idées sur le site de l’émission. Le grand prix du concours consiste en un séjour de sensibilisation au développement international au Burkina Faso en Afrique de l’Ouest ou un don de 5 000 dollars versé à un organisme de bienfaisance choisi par le gagnant.  Offerts en prix secondaires, trois dons de 3 500 dollars seront versés à des organismes de bienfaisance choisis par les gagnants.
Cette consultation est réalisée en marge du 20e Congrès Desjardins : « Coopérer pour créer l’avenir », et permet à l’institution coopérative de recueillir les opinions, les idées et les aspirations de tous pour bâtir une société et un avenir meilleurs. « 

Pas mal, non? Je ne vous cache pas mon admiration pour les gens impliqués dans ce projet car ils n’ont pas seulement mis en place une initiative socialement responsable, ils ont également su le faire avec une stratégie très solide dont voici les principaux éléments :
  1. Desjardins et Edelman ne se contentent pas de faire un geste socialement responsable. Ils le font en impliquant la population. Toutes les études concernant le comportement des consommateurs le disent : ils veulent être impliqués dans les solutions mise de l’avant. En misant sur une consultation populaire, on touche à une corde sensible majeure.
  2. L’implication des participants se rend jusqu’à la sélection des OSBL qui recevront les dons. C’est une autre façon de donner le pouvoir au consommateur.
  3. Dans cette activité, on ne se contente pas de rapidement mettre en place une initiative de marketing responsable, on va jusqu’au bout en s’assurant que Desjardins va en retirer un bénéfice important au niveau de son image grâce à un partenariat solide avec Tout le monde en parle. Faire de bonnes actions sociales est souhaitable pour les entreprises, les faire en obtenant un retour sur l’investissement en encore mieux car ça va motiver les dirigeants à répéter la recette.
  4. Edelman prend la peine d’informer les blogueurs, même les plus modestes comme moi. C’est une preuve d’une bonne compréhension de la force des médias sociaux.

Bravo à tous ceux qui sont impliqués dans ce projet. Je les envie un peu car faire du marketing ou des relations publiques en menant des activités socialement positives doit vraiment être motivant!

Read Full Post »

Il y a parfois de belles coincidences dans la vie et j’ai la chance d’en vivre une qui est inspirante  et qui prend la forme suivante:

  1. Je suis en pleine lecture de Tribes, un livre merveilleusement motivant tribes_seth_godinde Seth Godin dont la thèse principale est qu’il est maintenant possible pour tous de jouer un rôle de leader auprès de ce que Godin nomme une « tribue ». Cette tribue n’est rien d’autre qu’une communauté de gens qui sont volontaires à se faire guider pour l’avancement d’une cause, pour créer du changement positif. Les causes peuvent varier et se vivre commercialement, socialement ou dans le monde du travail. Et si tout le monde peut jouer un rôle de leader, c’est que les outils du Web 2.0 le permettent plus que jamais.
  2. En même temps, je croise l’information concernant le combat mené mariehelenedubepar Marie-Hélène Dubé qui veut faire changer la loi de l’Assurance-Chômage afin qu’elle soit plus juste pour les gens qui sont affectés d’une maladie grave. Dans le cas de Marie-Hélène, on parle du cancer et sa démarche consiste à obtenir suffisament de signatures pour une pétition qu’elle présentera au gouvernment. Marie-Hélène fait exactement ce que Godin décrit. Elle joue un rôle de leader et mène un combat de façon inspirée. Elle utilise les médias efficacement, prend place sur le Web avec un blog et guide une communauté de gens vers un but qui consiste à changer une loi inadéquate.

Dans les prochains jours, je vais tenter d’aider Marie-Hélène à améliorer son blog sur Worpress car il est déjà très visité. C’est la preuve que les gens veulent prendre part à son combat, à leur combat. Je suis convaincu que Marie-Hélène va réussir à obtenir le nombre suffisant de signatures pour sa pétition. Si vous êtes blogueur, parlez de son combat. C’est important car sa démontre qu’il est possible de causer du changement!

Read Full Post »

J.F. Kennedy a dit un jour quelque chose qui ressemble à : « Nous avons aujourd’hui les capacités technologiques pour nourrir tous les individus sur la planète … et nous avons aussi les capacités technologique pour la détruire ». Force est d’admettre que depuis cette déclaration nous nous sommes beaucoup trop consacré à trouver des innovations aux outils de guerre qu’aux outils permettant de mieux nourrir, soigner, loger les êtres humains.

C’est en lisant le bulletin d’Oxfam-Québec que j’ai pris connaissance de la publication du rapport « Le droit de survivre – Le défi humanitaire du 21ème siècle. » Si vous n’êtes pas encore abonné au bulletin d’Oxfam-Québec, qu’attendez-vous pour le faire? Vous y trouver des informations importantes sur les besoins en aide humanitaire dans le monde ainsi que des nouvelles sur l’organisme et ses activités de financement.

droit_de_survivre

Quant au rapport, il est disponible en format résumé et intégral sur le site Web d’Oxfam-Québec. Sa lecture est intéressante pour ceux qui ne sont pas des spécialistes des besoins humanitaires un peu partout sur la planète. De façon globale, on y apprend que « Chaque année, presque 250 millions de personnes en moyenne subissent les conséquences de catastrophes naturelles.  Les résultats de nouvelles recherches menées pour ce rapport amènent à prédire que, d’ici à 2015, ce nombre pourrait augmenter de plus de 50 pour cent pour atteindre en moyenne plus de 375 millions de personnes touchées par des catastrophes liées au climat tous les ans. »

Le droit de survivre explique bien que l’effet combiné des désiquilibres au niveau de l’urbanisme, des catastrophes climatiques et de la clise économique augmente la quantité des catastrophes qui surviennent dans un contexte où il est toujours plus difficile de bien répondre aux besoins. Si vous n’êtiez pas déjà convaincu que l’heure est à l’action et la prise de conscience, le rapport aide à comprendre qu’il faut

  • assurer un avenir plus sûr avec des systèmes de réponse capable de mieux contrer les catastrophes;
  • responsabiliser les États afin de mieux subvenir à la demande d’aide et mieux gérer l’aide reçue;
  • réduire la vulnérabilité avec des outils d’alerte aux catastrophes et une meilleure protection de l’environnement.

Pour terminer, je vous partage quelques citations du rapport que je trouve percutantes:

  • En 2006, le monde a plus dépensé en jeux vidéos qu’en assistance
    humanitaire internationale.
  • Si l`on compare la réponse au niveau mondial lors du tsunami de l’océan Indien de 2004, à celle apportée, la même année, au conflit tchadien, on constate que les 500 000 victimes du tsunami ont reçu en moyenne 1 241dollars chacune en aide officielle, alors que chacune des 700 000 victimes du Tchad n’a reçu que 23 dollars.
  • En 2008, les gouvernements européens ont trouvé 2 300 milliards de dollars pour fournir des garanties à leurs secteurs financiers. Une aide décente pour tout un chacun prend, à côté de cela, des allures de bonne affaire !

Read Full Post »

mia-farrow-faim

J’ai beaucoup d’estime pour Mia Farrow pour sa carrière d’actrice. J’ai encore plus de respect pour ce qu’elle fait dans le but de conscientiser la population au triste sort qui afflige les enfants dans les secteurs de la planète où la guerre sévit. Comment demeurer insensible et ne pas nous indigner devant des situations comme celle du Darfour?

Voici le commentaire de Mia Farrow pour justifier sa décision d’entreprendre une grève de la faim le 27 avril prochain :

“It’s as a personal expression of outrage at a world that is somehow able to stand by and watch” as starvation and disease claim victims among refuges in the region riven with ethnic and political violence. »

Vous pouvez également visionner cette entrevue dans laquelle elle nous parle de ses sentiments face à cette situation dans une entrevue qui remonte à plus de 2 ans :

Read Full Post »

mnda_logo_09

Les publicités chocantes dans le milieu philanthropique sont justifiées car elles doivent conscientiser la population de la façon la plus efficace possible. comme les budgets marketing sont normalement assez limités, une OSBL peut choisir d’y aller avec un message publicitaire qui saura capter l’attention des gens qui la voient … et faire en sorte que le message ne soit pas oublié.

Mais faire une publicité chocante comporte aussi un certain risque. La frontière est mince entre capter mon attention et me donner le goût de passer au message suivant. C’est ce qui m’est arrivé en regardant la dernière publicité de l’association Motor Neurone Desease. Je ne sais pas pour vous, mais si je n’avais pas la curiosité de visionner le vidéo pour en parler sur ce blog, j’aurais décroché après une trentaine de secondes. Il me semble qu’on va trop loin et qu’on crée volontairement une confusion en ne donnant aucune information au début du message, ce qui sert mal la cause.

Mais, ce n’est que mon opinion personnelle. Peut-être trouverez-vous cette publicité géniale. Voici d’ailleurs comment l’association explique le projet:

« Sarah’s Story is our new campaign to raise awareness of MND. It features Sarah Ezekiel who is living with MND and after whom our campaign has been named.

As part of the campaign we have created a 90-second film which is intended to convey the emotional impact of receiving a diagnosis of MND. It tells the story of a young woman who is suddenly ‘attacked’ by MND. An actress plays the part of Sarah and as her body deteriorates the actress’s head is superimposed on the body of Sarah Ezekiel.

This is the first ever UK broadcast advert created to raise awareness of MND and the work of the MND Association. It is currently being shown at cinemas across England and Wales. »

Read Full Post »

Produire un video dont l’objectif est qu’il devienne viral ne semble pas être une activité extrêment coûteuse si on se fie à ce graphique dans lequel on constate qu’environ 50%  des vidéos se produisent pour moins de 5 000$. Cette statistique varie selon le niveau d’expérience des marketers et on peut voir que 33% des marketers expérimentés s’en tirent à moins de 2 500$.

viral-video-couts

Bien entendu, au Québec, l’impact d’un vidéo viral qui passera d’un ami à un autre et qui se fera visionner sur Youtube n’est pas aussi aussi puissant qu’aux États-Unis. Mais on peut se demander si le jeu n’en vaut tout de même pas la chandelle? Surtout pour une OSBL qui cherche à communiquer avec un segment de la population plus jeune.

Dans l’exemple qui suit, on voit un vidéo d’un grande simplicité, sans paroles et qui n’a rien coûté car elle provient d’un caméra qui filme en permanence les ours dans une forêt. Le vidéo qui suit présente un grizzly qui se frotte le dos contre un arbre et quand on y ajoute une musique disco, ça devient très sympathique. J’imagine facilement que ce vidéo va gagner en vélocité alors que de plus en plus de gens le font suivre à leurs amis. C’est sûrement bon pour aider la notoriété de l’organisme Northern Divide Bear Project.

D’un autre côté, le vidéo viral ne peut pas nécessairement toujours servir à motiver l’action car pour être viral, le vidéo doit être surtout divertissant ou attirer l’attention par son contenu vraiment particulier. Le vidéo viral ne peut pas être une brochure ou une lettre de financement adaptée au vidéo. Et à ce titre, on peut questionner l’efficacité de son usage à des fins autres que l’augmentation de la notoriété.

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :