Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘campagne publicitaire’

Le Diocèse de Montréal fait de la publicité ces jours-ci et pas avec n’importe qui. C’est l’agence BOS qui crée la campagne d’affichage extérieur. En 2011 aussi, une campagne avait été réalisée. Je ne sais pas si cela se fait pro bono, idem pour l’affichage. Le Diocèse de Montréal dépense-t-il pour ce type de campagne de publicité ? Y a-t-il un budget et un retour sur investissement attendu ? Je ne sais pas. Mais si on recommence en 2012, c’est sûrement parce que les résultats sont au rendez-vous.

Une chose est certaine, c’est qu’il me semblerait difficile de mesurer quoi que ce soit avec l’approche choisie. Car comme vous pouvez le voir au bas de cet articles dans les images des campagnes de 2011 et 2012, il n’y a aucun « call to action » proposé. Même pas une adresse Web où aller. Je présume qu’une mesure de la notoriété ou de la perception du public pourrait se faire en mode avant/après, mais encore là je doute que cela se fasse.

Les 3 publicités retenues sont :

  1. 2012 : Le classement des équipes de la Conférence Est de la Ligue Nationale de Hockey où on met « Prions » en 8e position, le rang que les Canadiens de Montréal doivent atteindre pour se entrer dans les séries éliminatoires.
  2. 2011 : Sur un fond rappelant clairement Facebook, on voit le bouton « Aime » dans une sorte d’analogie entre les réseaux sociaux et le fait que l’Église est elle-même un réseau social tissé de gens qui s’aiment les uns les autres.
  3. 2011 : À l’entrée d’un pont de Montréal dont la précarité est connue, on invite les automobilistes à prier.

Évidement, on comprend aisément qu’en jouant sur l’humour, ces trois publicités ont pour but de donner au Diocèse de Montréal une image plus décontractée, voire plus humaine. Probablement qu’en faisant sourire les gens, on se dit que les plus jeunes seront attirés, auront le goût de s’intéresser.

Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve ces pubs géniales pour attirer mon attention. Le clin d’oeil est très efficace. Mais en terme de message véhiculé, cela m’éloigne davantage de l’église au lieu de m’attirer. Je vois une forme de banalisation de la religion, même une forme d’opportunisme basé sur l’actualité et les dernières tendances. En tant que personne impliquée en marketing philanthropique, je me demande même comment une telle campagne peut se faire sans appel à l’action, juste pour l’image.

Quelque chose m’échappe, je l’espère. Vous y voyez autre chose?

Affiche 2012 :

Affiches 2011 :

 

Publicités

Read Full Post »

Infopresse attirait notre attention hier sur la Surfrider Foundation , un organisme à but non lucratif qui protège l’environnement. Sa mission principale est de protéger l’océan et les plages pour en maintenir l’accès. J’ai pris le temps de visionner quelques publicités sur Youtube et franchement j’aime bien leur approche qui consiste à utiliser la puissance des images pour créer une ambiance qui maintient notre niveau d’attention jusqu’à la fin où une phrase vient passer un message très clair.

En voici quelques exemples :

Read Full Post »

Infopresse nous présentait aujourd’hui la dernière campagne de notoriété de la Société Alzheimer de Montréal mise en oeuvre par Cossette. Il s’agit à mon avis d’une campagne bien pensée et relativement audacieuse par son utilisation d’un concept subtil : des panneaux situés sur l’Île de Montréal qui présentent une photo de l’Expo 67 sur laquelle la biosphère disparaît tranquillement à mesure que celle-ci est exposée à la lumière. On veut ici bien entendu évoquer la perte de mémoire des victimes de l’alzheimer.

Sur cette première affiche on voit la biosphère sans textes :

Et sur cette deuxième affiche on constate que la biosphère a disparu alors que les texte sont apparus :

Je trouve fort intéressant de faire vivre aux gens le sentiment de perte qui accable les victimes de l’Alzheimer et je souhaite sincèrement que cette approche saura attirer suffisamment l’attention du public pour que celui-ci remarque l’évolution des panneaux. Le slogan « Pour ne pas oublier » qui apparaît saura sûrement aider à la compréhension du message.

Pour contribuer au succès de cette campagne, des bannières ont été créées pour le Web que vous pouvez voir ici, ici et ici. Les deux premières bannières Web présentent des évènements historiques qui deviennent de plus en plus flous et la dernière utilise habilement une situation d’oubli de mot de passe pour nous faire penser à la perte de mémoire.

Comme on oeut s’y attendre de la part de Cossette, la stratégie de communication est très bien pensée. On utilise un concept publicitaire original qui se colle à merveille sur la réalité et le message d’un organisme oeuvrant pour contrer la maladie d’alzheimer. Comme vous l’avez sûrement remarqué, il s’agit bel et bien d’une campagne de notoriété car il n’y a pas de « call to action » présenté. Le but est de donner de la visibilité additionnelle à la Société d’Alzheimer de Montréal et nuldoute que cet objectif sera atteint!

Read Full Post »

La dernière campagne publicitaire de Clowns sans frontières est excellente parce qu’elle intègre bien plusieurs outils marketing. Dans le monde philanthropique, les moyens sont limités et il est souvent impossible d’assembler tous les ingrédients. Mais dans ce cas-ci, un effort conscient a été été mis pour déployer une stratégie qui utilise tous les outils disponibles. En plus de penser à utiliser ces outils, il faut tout de même que l’exécution de la stratégie soit bien faite, ce qui est le cas pour Clowns sans frontières

La campagne est bien présentée sur le blog de Provokat où on apprend que les éléments suivants sont mis en oeuvre pour augmenter la notoriété de l’organisme et accroître les dons amassés :

  • Des affiches et annonces imprimées qui attirent l’attention (une en haut de l’article et une autre en bas) par des images prenantes et qui présente un slogan efficace.
  • Un site Web bien monté qui permet de faire des dons. J’aurais aimé pouvoir m’inscrire à un bulletin électronique, mais cela demande de la coordination de la part de l’organisme qui n’est peut-être pas en mesure de s’engager dans cette activité.
  • Une campagne de dissémination qui n’est malheureusement pas décrire sur le blog de Provokat mais qui pique ma curiosité.
  • Un vidéo que j’inclus ci-dessous et qui est également disponible sur le site Web de l’OSBL qui a l’avantage de faciliter le partage du vidéo avec les outils Facebook et Twitter. Le vidéo a été placé sur Youtube le 17 novembre où vous pouvez voir le nombre de fois où il a été visionné.
  • Une page Facebook.

Read Full Post »

centraide2Infopresse annonçait ce matin la nouvelle campagne de publicité mise de l’avant par Centraide :  » Utilisant l’accroche « Centraide. Plus que jamais. », l’offensive, déclinée dans les deux langues, comprend quatre messages télé, une pub radio et quatre déclinaisons pour les imprimés et l’affichage. Ces dernières sont diffusées en affichage, sur panneaux, ainsi que dans les magazines, les quotidiens et les hebdos. Un volet web est également mis à contribution. Les messages illustrent différents secteurs d’intervention de Centraide: soutien aux familles, lutte au décrochage scolaire, aide aux aînés et intégration des immigrants. »

C’est une campagne majeure dans le domaine des OSBL qui sont rares à pouvoir déployer un tel effort publicitaire. Et comme Centraide supporte une multitude d’OSBL à travers le Québec, la réussite de cette campagne est cruciale. Je vous insère trois des affiches de cette campagne plus bas et je vous invite à réagir dans les commentaires. Qu’en pensez-vous? Le message qui souligne les temps durs et insistant sur le fait que les besoins des moins favorisés sont toujours aussi importants vous semble-t-il efficace? Est-il bon de rappeller aux donateurs potentiels des sujets tels que la recession, le chômage, etc? Certains spécialistes dans le domaine mentionnent qu’il faut toujours offrir un minimum de positivisme dans les appels à l’aide, mais en même temps il est inutile de jouer à l’autruche…

De mon côté, je trouve que l’exécution de cette campagne est bonne. C’est solide. Et ça devrait sûrement attirer l’attention des donateurs potentiels. Ma seule crainte est que l’ensemble soit un tantinet trop négatif et que ça joue à l’encontre des objectifs de la campagne. Et ce, même si les messages communiquent qu’il ne faut pas être défaitiste en ces temps difficles. Malgré tout, il y en aura probablement qui en profiteront pour conclure : « Justement, j’en arrache moi-même et je ne peux pas aider les autres. » Mais peut-être ces gens sont-ils déjà convaincus qu’ils ne peuvent pas donner…

centraide1

centraide3

Read Full Post »

warchild

J’adore l’absurde, je m’en sers souvent pour ne pas perdre la tête dans un monde qui perd souvent tout son sens. En publicité aussi j’aime l’absurde car il demande de l’esprit et de la subtilité. alors pourquoi suis-je déçu par cette campagne publicitaire de War Child qui mise justement sur l’absurde pour conscientiser la population et mobiliser les gens autour de leur organisation?

Je crois que la raison de ma déception tient du fait que la cause même de War Child est elle-même si facile à utiliser dans sa triste et inacceptable réalité que je ne comprend pas pourquoi on voudrait faire de l’esprit? Je me trompe peut-être, mais l’urgence de l’action et la nécessité de maximiser chaque dollard publicitaire me semblent être des éléments stratégiques si importants pour une OSBL que War Child n’a pas le « luxe » de faire dans la flanelle.

war_child2

Mais je me sens un peu injuste en portant ce jugement. Sûrement que War Child a ses raisons. La publicité est d’ailleurs bien faite et efficace dans sa façon de de capter notre attention. Même si je crois qu’une publicité plus chocante aurait eu plus d’impact, je dois avouer que celle-ci remplit bien ses objectifs. Qu’en pensez-vous?

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :