Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Donateurs’

merci

Remercier les donateurs, le faire mieux et plus souvent, représente sûrement une des activités les plus négligées par les OBNL québécois. C’est normal, le temps manque et ça représente aouvent une dépense qui, à court terme, ne semble pas générer de revenus additionnels. Pourtant, même si les donateurs disent jamais qu’ils donnent avec l’espoir de recevoir une forme de reconnaissance, remercier est un geste qui fait une différence indéniable.

Ne pas prendre le temps de remercier donne une impression de négligence, voire d’ingratitude. Le faire de façon précipitée ou bâclée, en suivant rapidement avec une nouvelle demande de don, est presque pire.

Comme le mois de décembre représente de loin le moment de l’année où les OBNL reçoivent le plus de dons, pourquoi ne pas en profiter pour introduire certaines pratiques visant à solidifier la relation entretenue avec les donateurs. En voici quelques-unes :

  • Remercier rapidement après le don est une bonne pratique.  Si le don se fait en ligne, le message automatisé peut quand même être travaillé pour produire de l’émotion chez le donateur, la conviction que son don est apprécié et qu’il servira concrètement la cause.
  • Demander à des bénévoles ou bénéficiaires de témoigner et signer le remerciement.
  • Quand on possède une adresse courriel, pourquoi se limiter à des mots écrits? Un message vidéo peut être rapidement produit.
  • Essayer de régulièrement modifier vos messages de remerciement. Communiquer un sentiment d’authenticité est crucial. Introduire un élément personnel ou un mot écrit à la main peut aider à vous distinguer.
  • Ne pas tarder à envoyer le reçu d’impôt fait aussi partie d’une reconnaissance minimale.
  • Tous les dons sont importants, mais segmenter les activités de remerciement permet d’accorder plus d’importance aux donateurs très généreux et/ou réguliers. Un appel téléphonique ou une rencontre peuvent s’avérer nécessaires.
  • Demander à certains membres de l’organisme, du C.A. ou de la haute direction, de faire des remerciements peut valoriser des donateurs importants.
  • Essayer de vous distinguer des autres OBNL, sans donner l’impression que vous « gaspiller » l’argent. Plusieurs donateurs supportent plus d’une causes, ils ne reçoivent pas seulement votre remerciement.
  • Inviter les donateurs à venir visiter les bureaux ou l’endroit où le travail terrain se fait démontre une volonté sincère d’interagir avec les donateurs.
  • Valoriser certains donateurs dans les réseaux sociaux satisfait un besoin de reconnaissance sociale rarement avoué mais toujours existant.

Voilà quelques idées pour alimenter les résolutions des certains OBNL. Toutefois, même mises en pratiques, ces activités relationnelles suivant un don ne feront pas un effet à long terme si on ne communique pas ensuite aux donateurs comment son geste a fait une différence. Remercier et rendre compte vont ensemble et précèdent le demande d’un nouveau don.

Publicités

Read Full Post »

Vous y croyez vous, aux modèles prédictifs en philanthropie ? Au Québec ? Vous avez des exemples de réussites à ce niveau ? Il me semble que des modèles prédictifs pour le recrutement de donateurs, l’augmentation du don moyen ou l’identification de dons planifiés pourraient théoriquement avoir leur place dans notre industrie. este à savoir si la charité est un comportement qui se prédit à l’aide de techniques avancées de statistiques …

Ayant travaillé plusieurs années en télécommunications avant de faire la transition vers le marketing philanthropique, je suis assez familier avec les stratégis de « predictive modelling » qui permettent de mieux cibler les efforts de communication afin d’obtenir de meilleurs taux de réponse, donc une plus grande rentabilité. De nos jours, les données sont disponibles, les systèmes informatiques sont au point et la « science » a évolué. Les modèles prédictifs sont donc à notre portée.

Mais voilà, même dans une industrie comme les télécommunications où les moyens financiers sont énormes et les ressources humaines ne manquent pas, j’ai rarement vu de grands succès avec cette approche. Et ce n’est pas parce que les modèles prédictifs ne sont pas fiables. Au contraire, j’ai eu la chance de me faire présenter d’excellents modèles pour prévoir les achats, les débranchements (le churn), les augmentations de consommation, etc… En fait, la plupart du temps, c’est au niveau de la capacité à développer des stratégies à partir des modèles que ça accroche. Et quand ce n’est pas le cas, c’est dans la capacité d’exécuter ces mêmes stratégies, de les rendre opérationnelles, que tout s’écroule. Comme tout ce qui demande un changement, il y a de la résistance.

Donc, quand Goliath (les télécoms) n’arrive pas à faire du predictive modelling, vous comprenez que je suis un peu sceptique à voir David (les OSBL) y arriver…

Malgré tout, The Agitator (un blogue à lire) suggère souvent de sauter dans ce train.  Sa plus récente suggestion se trouve ici. Vous n’avez que trois champs à remplir pour accéder gratuitement à « The Guide to Effective Donor Scoring ».Voici mes observations et commentaires :

  • Notre industrie est en crise. Les revenus baissent et les besoins augmentent. Nos meilleurs donateurs vieillissent, les jeunes ne sont pas faciles à recruter. De nouvelles et meilleures pratiques sont nécessaires. Donc, oui, l’utilisation des modèles prédictifs peut représenter une option à considérer.
  • Tester les modèles prédictifs demande du temps et des ressources humaines ainsi que financières. Seuls les plus gros OSBL, avec une vision long terme, peuvent se risquer.
  • Les modèles prédictifs demandent de gros fichiers, avec des données précises, pour offrir de bons résultats. (Le guide que je vous suggère me contredit sur ce point…)
  • La stratégie de segmentation et de personnalisation doit être optimale, réfléchie est exécutée avec attention. Il faut sûrement travailler avec des spécialistes.
  • Il est sûrement temps d’accorder autant d’importance à la sélection des cibles qu’au créatif.

 

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :