Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Faire une différence’

C’est suite à une discussion avec une cliente de la Librairie Philanthropique qui me suggérait de faire un don à une oeuvre venant en aide aux enfants que j’ai découvert Enfants Entraide. Après réflexion, j’ai opté pour un don à la Fondation du Dr Julien, mais cela ne m’empêche pas d’avoir été très impressionné par la belle mission d’Enfants Entraide et la façon très dynamique dont elle nous est présentée.

Au delà de l’idée louable de venir en aide aux enfants des pays en voie de développement en leur procurant plus d’éducation, ce que j’aime beaucoup de cet organisme est son objectif de mobilisation des jeunes d’ici. Je trouve primordial de sensibiliser la jeunesse (qui me semble l’être plus que nous l’étions) et de leur inculquer la croyance qu’ils peuvent (et doivent) faire une différence.

Le site Web offre 2 vidéos qui valent la peine d’être visionnés. Le premier est sur la page d’accueil et il permet à Craig Kielburger, le fondateur, de nous présenter l’organisme dans un excellent français. Le deuxième se retrouve ici et il présente le programme « Me to We » qui vise la sensibilisation de jeunes envers la création d’un changement social.

Voici la mission présentée sur le site Web :

« Enfants Entraide est le plus important réseau mondial d’enfants qui s’entraident par l’éducation: plus d’un million de jeunes ont participé à nos programmes éducatifs et nos programmes de développement innovateurs dans 45 pays. Fondé par Craig Kielburger, activiste international pour les droits des enfants, Enfants Entraide possède un palmarès éloquent; incluant trois nominations pour le prix Nobel de la paix ainsi que des partenariats avec les Nations Unies et l’Oprah’s Angel Network.

Contrairement à tous les autres organismes de bienfaisance œuvrant au profit des enfants du monde, Enfants Entraide est à la fois financé et dirigé par des enfants et des adolescents. Notre mission consiste à libérer les jeunes de l’idée qu’ils sont impuissants à participer aux changements sociaux positifs, et à les inciter à agir dès maintenant pour améliorer la vie des jeunes des quatre coins du globe. »

Le vidéo promotionnel de l’organisme:

Voici en terminant un message d’Enfants Entraide pour Haiti :

Publicités

Read Full Post »


On le voit de plus en plus tous les jours, les médias sociaux peuvent vraiment servir à faire une différence en mobilisant des citoyens de la planète éparpillés partout sur le globe. Dans mes jours positifs qui sont nombreux, j’aime à penser que cette utilisation des médias sociaux pour changer le monde ne va que s’accroître dans les mois qui viennent, ce qui ne se fera pas nécessairement au détriment des activités qui sont moins positives sociales. Car je n’ai rien contre les gens qui s’amusent sur Facebook ou Myspace sans y construire de projets sociaux.

Mais je serais curieux de mettre la main un calcul pseudo-scientifique de l’utilisation des médias sociaux pour de bonnes causes vs leur utilisation à des fins strictement amicales (à la Facebook, quoiqu’on y retrouve beaucoup de comptes ;a saveur sociale) ou de réseautage professionel (à la Viadeo ou Linkedin). Si vous savez où trouver ce calcul, n’hésitez pas à l’indiquer en commentaires. Personnellement, je suis toujours heureux de tomber sur des mises en pratiques des médias sociaux pour :

  • mobiliser pour Haiti et les nombreuses régions du globe qui méritent notre attention;
  • éduquer les gens et réduire l’ignorance … abolir les préjugés;
  • créer des communautés qui sortent les gens de l’isolement;
  • créer des mouvements de liberté, de changement, de pensée … de révolution;
  • insiter à la paix;
  • sensibiliser à la protection de l’environnement;
  • vaincre la faim et la maladie;
  • combattre la violence;
  • enseigner l’humilité et la compassion;
  • diminuer le racisme;
  • encourager la préservation des espèces animales;
  • protéger la santé;
  • abolir la pauvreté, l’itinérance, la toxicomanie;
  • la justice;
  • le dépassement de soi-même, l,épanouissement, la réalisation des rêves personnels.

Bon, c’est peut-être trop optimiste, me direz-vous? Mais en ce Martin Luther King Day américain, ne sommes-nous pas en droit de croire en « I have a dream! »?

Read Full Post »

Kiran Bir Sethi a donné une présentation très inspirante dans le cadre des conférences Ted. Dans le vidéo ci-dessous, elle nous explique comment la prise en charge de projets sociaux est un phénomène contagieux, spécialement avec les enfants. Elle démontre avec quelques exemples concrets la nécessité d’enseigner aux enfants qu’ils peuvent prendre connaissance des réalités sociales à changer, et entreprendre les démarches nécessaires pour forcer le changement.

En apprenant dès l’enfance qu’il est possible de faire une différence socialement, l’ampleur des changement est sans limite. Surtout qu’à son avis, la croyance que nous pouvons faire une différence est contagieuse, ceux qui y croient peuvent « infecter » les autres. Et dans une époque de vaccination planétaire quasi paranoiaque, voilà enfin une forme d’infection invitante!

Read Full Post »

Quand vient le temps de faire une différence, il y en a certains qui  s’arrêtent avant même de commencer. Les premières idées tournent toujours autour des dons de charité, du lancement d’un projet social ambitieux ou encore de la possibilité d’en joindre, ce qui dans les deux cas revient à faire du bénévolat. Par manque de temps, de moyens ou de confiance, l’idée de s’implication socialement ne va pas bien loin.

Pourtant, je ne crois pas qu’il soit absolument nécessaire de donner de l’argent, faire du bénévolat ou lancer un nouveau projet ambitieux pour aider à changer le monde. Idéalement, une de ces trois actions est préférable. Mais il est également possible de commencer à faire de petites choses qui aident au bien-être personnel qui qui pré-disposent à la contribution sociale positive. Voici quelques-unes des idées qui me viennent en tête, il y en a sûrement d’autres que je vous invite à suggérer en commentaires :

  1. Vivre les 3E : énergie, enthousiasme et empathie. N’aimeriez-vous pas que les gens dans votre entourage vous perçoivent comme étant énergique, enthousiaste et empathique? Ce sont trois qualités essentielles pour inspirer de bonnes choses.
  2. Lire davantage de livres … ou de blogs. Il est dangereux de se noyer dans l’information de nos jours. Mais en même temps, il n’y a jamais eu autant de sources disponiblrd, et souvent gratuites, pour faire de nous des citoyens mieux renseignés. Être sensibilisé aux grandes questions de notre époque est peut-être un devoir?
  3. Ne pas être négatif. Les gens « conscientisés » sont souvent perçus comme des « chialeux » parce qu’ils posent des questions plus dérangeantes que la dernière défaite des Canadiens de Montréal. Cette perception est nuisible. Les leaders qui inspirent le changement social arrivent à communiquer les grandes questions en convaincant les autres qu’une évolution positive est possible.
  4. Rêvez davantage durant le jour. Il ne faut jamais arrêter de rêver…
  5. Ne jamais se résigner à la haine. Même envers les ennemis d’une bonne cause. C’est inutile et contre-productif.
  6. Donner quelque chose à chaque jour, et pas nécessairement du matériel. On peut donner sa place dans le métro, offrir de l’aide, donner du temps ou de l’attention. Il y a tellement de gestes possibles.
  7. Passer plus de temps avec des personnes âgées et des enfants. Ces deux groupes ont grandement besoin de notre attention … et peuvent nous apprendre énormément.
  8. Essayer de faire sourire trois personnes par jour, dont vous-même!
  9. Faites la bonne chose pour donner l’exemple. Les occasions sont nombreuses pour poser une action basée sur des principes de justice et d’équité qui feront réfléchir l’entourage.
  10. Ne vous fiez pas aux autres pour agir à votre place. Just do it! Et si vous êtes deux à le faire en même temps, les résultats ne seront que meilleurs.

Read Full Post »

Mon blog porte principalement sur les organismes à but non lucratif qui améliorent la société dans laquelle nous vivons et les initiatives intéressantes visant à faire une différence positive. Mais pour la plupart des gens, ceux qui travaillent à temps plein ailleurs que dans un OSBL, la simple idée de s’impliquer socialement en faisant du bénévolat ou encore de lancer un projet pour changer le monde semble impossible à envisager. Pour ces gens, mon blog pourrait sembler inutile car faire une différence ne fait pas partie des préoccupations du moment présent.

Mais en lisant cet excellent article « The Builder Manifesto » qui présente une nouvelle approche quant à la collaboration et au leadership dans le monde du travail, ça m’a fait réaliser à quel point nous sommes nombreux à pouvoir faire une différence tous les jours en étant un meilleur collègue de travail. Considérant le temps consacré au travail et le niveau d,insatisfaction qu’on y constate malheureusement, le simple fait de s’engager à rendre nos collègues plus heureux représente en soi un impact positif  potentiel à ne pas négliger.

La théorie de l’article est simple : le leadership tel que nous le connaissant mène à l’échec. Nous n’avons pas besoin de plus de leader, au contraire. À l’opposé, nous avons besoin de bâtisseurs dont le comportement est très différent des leaders et même des patrons que nous avons normalement. Ce sont les bâtisseurs qui sont en mesure de mobiliser les employés d’une organisation pour obtenir une meilleure performance générale.  Quelles sont les différences? Les voici en quelques exemples un peu caricaturés:

  1. Le patron mène les troupes. Le leader fait du coaching avec les troupes. Le bâtisseur  apprend des troupes.
  2. la patron inspire la peur.  Le leader inspire l’enthousiasme. Le bâtisseur est inpiré par sa volonté de faire une différence.
  3. Le patron dit « je ». Le leader dit « nous ». Le bâtisseur inclue tout le monde : les employés, la population, les communautés, la société.
  4. Le patron dit « terminez dans les délais ». le leader veut terminer avant les délais. Le bâtisseur s’assure que terminer est un objectif qui fait une différence pour l’équipe.
  5. Le patron sait comment. Le leader montre comment. Le bâtisseur explique pourquoi.

Alors, êtes-vous un patron, un leader ou un bâtisseur?

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :