Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘guide marketing gratuit’

story telling

Dans le dernier article je partageais une publication démontrant l’impact du storytelling et une autre présentant la manière d’être efficace dans l’utilisation de cette stratégie de contenu. Dans la même veine, je trouve que ce petit guide gratuit vient préciser certains aspects importants du storytelling pour OBNL : Storytelling for Nonprofits : how to present stories that attract donors, win support, and raise more money.

Dans ce guide de Network for Good, on précise les ingrédients gagnants des histoires à partager : le personnage principal vs un groupe, une idée ou votre organisation;  l’objectif à atteindre par le personnage principal; l’obstacle à vaincre et finalement l’élément essentiel : l’émotion généré par l’histoire.

Malgré qu’on parle beaucoup de storytelling ces temps-ci, on ne peut pas dire que la majorité des OBNL ont adopté pleinement cette stratégie. C’est pourquoi je trouve intéressante la section du guide portant sur la collecte des histoires qui demeurent une richesse « gratuite » pour tous les organismes caritatifs comportant un volet opérationnel qui génère quotidiennement du contenu riche en émotions. Il ne reste plus qu’à mettre en place les mécanismes pour collecter et partager ce contenu mobilisant…

 

Read Full Post »

classy

J’ai récemment découvert le site de Classy et je vous le partage avec plaisir. Classy a développé ce qu’ils nomment « The #1 online and mobile fundraising Platform available« .  Cela n’est pas inintéressant, mais pour moi l’intérêt se trouve davantage sur leur page des Best practices où on trouve :

  1. un lien vers un blogue rempli de bons articles (de loin meilleurs que ceux que vous trouverez sur mon blogue :-));
  2. un autre lien vers des guides gratuits de meilleures pratiques (je vous mets au défi de me trouver un site avec plus de guides gratuits et aussi pertinents – à ne pas manquer pour les passionnés du peer-to-peer);
  3. et un autre vers de belles études de cas.

Classy adhère entièrement à la stratégie du inbound marketing (marketing de contenu). Pour développer leur clientèle, ils sont extrêmement généreux dans les conseils offerts gratuitement. Avoir eu accès à cette ressource 5 ans plus tôt, je ne doute pas que j’aurais pu concevoir plus de projets profitables et innovateurs.

Bonne lecture! Et soyez généreux à votre tour, passez le mot!

Read Full Post »

Vous y croyez vous, aux modèles prédictifs en philanthropie ? Au Québec ? Vous avez des exemples de réussites à ce niveau ? Il me semble que des modèles prédictifs pour le recrutement de donateurs, l’augmentation du don moyen ou l’identification de dons planifiés pourraient théoriquement avoir leur place dans notre industrie. este à savoir si la charité est un comportement qui se prédit à l’aide de techniques avancées de statistiques …

Ayant travaillé plusieurs années en télécommunications avant de faire la transition vers le marketing philanthropique, je suis assez familier avec les stratégis de « predictive modelling » qui permettent de mieux cibler les efforts de communication afin d’obtenir de meilleurs taux de réponse, donc une plus grande rentabilité. De nos jours, les données sont disponibles, les systèmes informatiques sont au point et la « science » a évolué. Les modèles prédictifs sont donc à notre portée.

Mais voilà, même dans une industrie comme les télécommunications où les moyens financiers sont énormes et les ressources humaines ne manquent pas, j’ai rarement vu de grands succès avec cette approche. Et ce n’est pas parce que les modèles prédictifs ne sont pas fiables. Au contraire, j’ai eu la chance de me faire présenter d’excellents modèles pour prévoir les achats, les débranchements (le churn), les augmentations de consommation, etc… En fait, la plupart du temps, c’est au niveau de la capacité à développer des stratégies à partir des modèles que ça accroche. Et quand ce n’est pas le cas, c’est dans la capacité d’exécuter ces mêmes stratégies, de les rendre opérationnelles, que tout s’écroule. Comme tout ce qui demande un changement, il y a de la résistance.

Donc, quand Goliath (les télécoms) n’arrive pas à faire du predictive modelling, vous comprenez que je suis un peu sceptique à voir David (les OSBL) y arriver…

Malgré tout, The Agitator (un blogue à lire) suggère souvent de sauter dans ce train.  Sa plus récente suggestion se trouve ici. Vous n’avez que trois champs à remplir pour accéder gratuitement à « The Guide to Effective Donor Scoring ».Voici mes observations et commentaires :

  • Notre industrie est en crise. Les revenus baissent et les besoins augmentent. Nos meilleurs donateurs vieillissent, les jeunes ne sont pas faciles à recruter. De nouvelles et meilleures pratiques sont nécessaires. Donc, oui, l’utilisation des modèles prédictifs peut représenter une option à considérer.
  • Tester les modèles prédictifs demande du temps et des ressources humaines ainsi que financières. Seuls les plus gros OSBL, avec une vision long terme, peuvent se risquer.
  • Les modèles prédictifs demandent de gros fichiers, avec des données précises, pour offrir de bons résultats. (Le guide que je vous suggère me contredit sur ce point…)
  • La stratégie de segmentation et de personnalisation doit être optimale, réfléchie est exécutée avec attention. Il faut sûrement travailler avec des spécialistes.
  • Il est sûrement temps d’accorder autant d’importance à la sélection des cibles qu’au créatif.

 

Read Full Post »

twitter_logoFaire du marketing aujourd’hui et ne pas connaître Twitter est sûrement un cas de plus en plus rare. On entend parler de Twitter depuis plusieurs mois, mais ces temps-ci on remarque que le petit oiseau est devenu « mainstream » dans les médias qui en parlent à toutes les sauces. Dans les faits, on estime à 10 millions le nombre d’utilisateurs alors que le traffic sur Twitter aurait été multiplié par 27 dans les 12 derniers. Selon certains estimés, il y aura plus de 100 millions d’utilisateurs à la fin 2009. Comme on le voit dans ce graphique suivant, la courbe d’adoption connaît une ascension impressionante:

twitter_statistics

Mais qu’en est-il de Twitter dans le monde des OSBL, plus particulièrement ici au Québec? Mon impression est que très peu d’OSBL utilisent Twitter pour se faire connaître, fidéliser un groupe de « followers » ou amasser des fonds? Ceci dit, on entend de plus en plus parler de causes qui se financent via Twitter, parfois même des histoires individuelles qui « prennent en feu » sur Twitter et qui suscitent un mouvement de générosité surprenant. D’un point de « awareness », il ne fait aucun doute que des OSBL impliquées au niveau des droits humains (exemple Aministie Internationale) font usage de Twitter pour communiquer rapidement des nouvelles liées à des injustices.

Concrètement, dans les faits, il est très difficile d’estimer le pourcentage d’utilisatiteurs dans le monde caritatif. Si on en croit cet article, seulement 5% des américains utilisent Twitter. Cette mesure fondée sur un sondage Harris effectué à la fin mars 2009, semble indiquer une forte sur-évaluation du phénomène Twitter. Mais si on se fie à cette étude également publiée suite à un sondage qui concerne uniquement les OSBL (étude que j’ai découverte grâce au blog La fontaine de pierres), c’est plus de 40% des OSBL qui utilisent Twitter! Avouez qu’entre ces deux statistique si éloignées, on peut se demander où se retrouve la réalité.

twitter_non_profit

Mais peu importe qui dit vrai, la décision de commencer à Twitter pour supporter une bonne cause ne devrait pas nécessairement dépendre du niveau actuel d’utilisation de ce réseau social par les OSBL. Je pense que cahque OSBL doit faire sa propre démarche pour mieux comprendre ce qu’est Twitter et quelle pourrait être sa place dans le plan marketing de l’organisme. Et à ce niveau, ce ne sont pas les ressources qui manquent.

Pour ceux qui aiment lire, je vous suggère cet excellent article publié par le blogueur Étienne Chabot qui contient de bons exemples et plein de liens intéressants. Une autre bonne source d’information est le DigiActive Guide to Twitter, un document d’une vingtaine de pages disponible gratuitement et qui contient quelques exemples illustrant comme Twitter a permis de créer une masse de « followers » importante.

Digiactive_guide_twitter

Si vous êtes davantage du type visuel, voic i une présentation d’introduction :

Finalement, vous pouvez visionner cette présentation Slideshare pour une application de Twitter dans le monde philanthropique:

Pour une personne qui n’est pas du tout familière avec les réseaux sociaux dynamiques du Web 2.0, Twitter n’est pas si simple à « digérer » et je comprends que cet article contient plusieurs liens vers une quantité potentiellement indigeste d’information. Mais pour une personne un peu plus familière avec les réseaux sociaux et qui souhaite investiguer le potentiel de Twitter pour une OSBL, je vous recommande ce dernier article qui pose 7 questions essentielles à répondre avant de vous lancer dans ce projet :

  1. Quels sont vos objectifs? Créer de la notoriété et de l’intérêt pour une cause est possible, amasser des montants significatifs d’argent probablement pas.
  2. Votre « marché cible » est-il sur Twitter? Vérifiez-le en lisant cet article publié par Michelle Blanc.
  3. Combien de temps pouvez-vous consacrer à Twitter? Avoir du succès dans un réseau social exige un minimum d’investissement et d’effort. C’est gratuit, mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas travailler.
  4. Qui aura la responsabilité de twitter dans votre OSBL?
  5. Avez-vous une idée de ce que vous direz sur Twitter? Votre seule présence ne suffira pas à créer des « followers ».
  6. Comment mesurerez-vous le succès de votre activité Twitter? Le nombre de followers, de visites sur votre sitre Web?
  7. Est-ce l’idée vous semble intéressante et amusante? si vous ne ressentez pas un minimum d’attrait pour Twitter, il est peu probable que vous en fassiez un succès.

Pour une excellente ressource additionnelle sur la question, je vous suggère de lire cet article de Michelle Blanc et prendre l’habiture de suivre son blog.

Read Full Post »

bbmg

 » We believe that we live in one of the most promising moments in human history, where sustainability and brand strategy are one and the same — where the ideas and experiences of our stakeholders can spark innovation and the Triple Value Proposition™ delivers prosperity that is good for people and the planet.


Done right, sustainable branding will lead a revolution in which companies are no longer distinguished by the “what” of new and improved commodities, but by the “how” of human relationships, shared values and common purpose. »

Je ne suis pas très renseigné sur la façon dont les agences de marketing prennent le virage du développement durable et de la responsabilité  sociale des entreprises. Ceci étant dit, je serais heureux de découvrir qu’elles sont nombreuses à prendre un positionnement comme celui de BBMG qui se spécialise en branding des entreprises à ce qui commence à ressemble à une ère de la conscientisation sociale des consommateurs.

Ce positionnement me rend heureux parce qu’il me semble aussi efficace d’un point de vue business que bénéfique socialement.

BBMG nous présente clairement leur positionnement dans ce white paper qui explique les 5 principes essentiels au développement d’une marque durable : Branding for Sustainability. Allez y, vous n’avez que deux petites cases à remplir, le reste n’est pas obligatoire (merci BBMG). Vous aurez ainsi accès à un texte riche qui ne fait que 4 pages dans lequel BBMG décrit fort habilement les fondements d’un nouveau paradigme en matière de branding.

En lisant ce texte, vous serez peut-être comme moi égaré entre la réalité et le rêve. Ce que BBMG décrit est bel et bien réel, mais en même temps cela fait encore partie de ce qui demeure dans le domaine du souhaitable, presque trop beau pour être vrai. Par exemple, quand BBMG avance que le branding doit être fondé sur un principe de collaboration, tout le monde est d’accord pour admettre que si certains signes sont encourageants (outils pour les entreprises et le Web 2.0), ils ne sont pas encore répandus à grand échelle.

Afin de mieux convaincre les entreprises qu’il faut dès maintenant définir une stratégie de branding durable, BBMG publie également son rapport sur la conscientisation des consommateurs : Conscious Consumer Report. Ce rapport vient appuyer la stratégie de branding de BBMG sur une analyse du comportement actuel (ou futur) des consommateurs en terme de décisions d’achat. On y argumente que les consommateurs, dans leur processus décisionnel d’achat, sont de plus en plus nombreux à réfléchir selon une nouvelle liste de critères socialement responsables.

Voici un graphique tiré du rapport (cliquez sur l’image pour aggrandir):

conscience-consommateurs

Encore une fois, ce que décrit BBMG ressemble beaucoup à un monde idéal qui est fort souhaitable, mais qui ne représente pas encore la majorité du marché des consommateurs. Je crois toutefois que le mouvement positif est entrepris pour de bon même s’il risque d’être ralenti par la crise financière actuelle. Espérons que BBMG a raison et que les entreprises vont y croire!

Read Full Post »

meilleures-pratiques-marketing

Je vous suggère la consultation de cet excellent livre gratuit que vous pouvez télécharger en remplissant un petit formulaire : « Why Bad Ads Happen to Good Causes« . Étant donné les bénéfices sociaux tangibles et désespérément nécessaires qui dépendent du succès des campagnes de financement des OSBL, je crois que l’efficacité du marketing philanthropique n’est pas du domaine du « nice to have« . Il s’agit plutôt d’un « must » car perdre du budget marketing avec de la publicité mal exécutée est trop dommage dans le monde philanthropique.

Le livre gratuit que je vous suggère n’est pas récent. Il traite de publicités imprimées qui remontent à environ 10 ans et qui ont été exécutées aux État-Unis. Est-ce que 10 ans plus tard les études de cas présentées sont encore valides? Je pense que oui car elles traitent de principes fondamentaux qui sont toujours justes.

L’attrait de ce livre tient beaucoup dans sa présentation d’une série de pubs imprimées en énonçant ce qui est bien ou moins bien dans chaque publicité. Consultez ce guide et prenez le temps d’analyser les publicités philanthropiques que vous voyez tous les jours (ou les pubs de votre OSBL si vous travaillez dans le domaine) et demandez-vous si ces pubs auraient passé le test des cinq principes fondamentaux suivants :

  1. Capturer l’attention du lecteur par la simplicité, un point d’emphase et une présentation logique des éléments visuels qui incitent le lecteur à regarder là où il faut le faire.
  2. Établir un lien émotionnel avant de présenter une argumentation.
  3. Écrire un titre (« headline« ) qui pique la curiosité.
  4. Utiliser des photos qui attirent l’attention et supportent le message.
  5. Présenter un texte facilement lisible.

Read Full Post »

Je vous suggère fortement cette présentation donnée récemment à la DMA (Direct Marketing Association) aux États-Unis : Bookshelves,
Bookmarks, and Benchmark Studies: The Resources that Make Good Fundraisers Great
. Si vous êtes comme moi à la recherche d’un maximum d’informations pertinentes pour améliorer la performance du marketing dans le domaine philanthropique, vous serez heureux de retrouver dans cette présentation les suggestions suivantes :

  • livres en maketing philanthropique
  • ressources Web gratuites (abonnement pour newsletters)
  • les blogs américains les plus importants concernant la philanthropie

Résultat? Me voici pris avec quelques livres additionnels à lire ainsi que des abonnements à de nouveaux blogs que je vais consultés afin de parfaire ma connaissance…bonne lecture!

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :