Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘marketing’

Je le dis souvent sur ce blog : les grandes entreprises doivent faire plus d’effort pour communiquer leurs bons coups en matière de philanthropie corporative. Malheureusement, par humilité, manque de temps ou absence de vision, peu d’entreprises « bouclent la boucle » et prennent le temps de communiquer les diverses activités sociales qu’elles mènent.

Molson Coors fait exception à cette règle car elle a pris la peine de lancer son blog Molson Coors in the community qui existe depuis Mai 2007 et qui parle de toutes les implications sociales de l’entreprise.  Le blog est génial, très dynamique et publié dans les deux langues. On ne peut que féliciter l’équipe qui est derrière ce blog ainsi que l’entreprise qui a su donner à ses employés la latitude nécessaire pour mener cette activité de communication. Selon moi, les bénéfices en terme d’image corporative sont évidents. Mais je suis convaincu également que les employés eux-mêmes ainsi que ceux qui contribuent en matière de contenu au blog sont plus motivés et se entent plus fiers de travailler chez Molson Coors grâce à ce projet.

Molson Coors représente définitivement un exemple à suivre!

 

Publicités

Read Full Post »

web20

Soyons réalistes. Le nombre d’organismes à but non-lucratif en mesure de consacrer du temps, bénovole ou non, à étudier le développement du Web pour profiter des nouvelles opportunités est très limité. C’est dommage car le Web 2.0 comporte plusieurs possibilités qui ne sont pas nécessairement coûteuses. De plus, avec le Web 2.0, il n’est pas nécessaire de se lancer dans de grands projets coûteux. Il est possible de commencer avec certaines initiatives et d’évoluer à mesure que ces dernières font leurs preuves.

La présentation qui suit donne une bonne explication des raisons pour lesquelles les organismes philanthropiques devraient transférer une partie de leurs actions vers le Web 2.0. En voici les faits saillants :

  1. De plus en plus de gens vont sur Internet pour participer activement sur des sites qui permettent aux gens de créer du contenu. L’internaute passif est en voie de disparition. Si le site Web d’un organismes ne permet aucune interaction, même pas un blog ou un forum, il sera plus difficile d’y attirer des visiteurs. Dans un tel cas, l’organisme devrait au moins songer à prendre pas aux réseaux sociaux tels que Linkedin et Facebook.
  2. Pour entreprendre une relation avec les jeunes et les intéresser aux causes pour lesquelles votre organisme opère, il faut aller les rencontrer là où ils se trouvent : sur les sites de Web 2.0.
  3. La dernière campagne présidentielle au États-Unis a démontré que le Web, s’il est bien utilisé, peut permettre d’amasser des fonds grâce à la multiplication des contacts, ce qui rend les plus petits dons plus attrayants dans la mesure où on peut les multiplier.
  4. L’impact des initiatives du Web 2.0 se fait sentir à long terme (Long Tail effect).
  5. Les outils du Web 2.0 sont de plus en plus nombreux et ils permettent de mettre en relation les gens qui donnent via des communautés. Ceci rend encore plus dynamique la base des gens qui supportent une cause. C’est également une façon de stimuler le bouche-à-oreille virtuel.

Bien entendu, il y a une courbe d’apprentissage non-négligeable et les risques sont réels de perdre beaucoup de temps sans arriver à des résultats concrets. Un des objectifs de ce blogs sera de décrire les meilleures pratiques du Web 2.0 appliquées aux organismes à but non-lucratif. Je tenterai aussi de communiquer de bonnes études de cas.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :