Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘recrutement’

UCMU

Ceci est un article publié dans le but d’aider l’Unité Communautaire de Mesures d’Urgence (UCMU) qui m’a posé une excellente question à laquelle je ne peux malheureusement pas répondre façon satisfaisante. Peut-être qu’un visiteur pourra généreusement offrir des éléments de réponse dans la section commentaires. La question est la suivante : Comment s’y prendre pour recruter un porte-parole qui pourra appuyer une campagne de financement?

Mon réflexe initial par rapport à cette question est de mieux connaître l’UCMU qui est un OSBL œuvrant dans les mesures d’urgence pour venir en aide aux victimes de sinistres dans la région de l’ouest de la Montérégie. L’UCMU est normalement contactée par les services d’incendies et c’est alors qu’elle intervient en se présentant sur les lieux avec deux véhicules adaptés pour la situation. L’UCMU offre des couvertures, des vêtements, de la nourriture et les installons dans un des véhicules jusqu’à l’arrivée de la Croix Rouge. Ensuite, l’UCMU s’occupe des intervenants sur place pour les nourrir, leur donner à boire, les réchauffer en hiver et les rafraichir en été pour qu’ils soient capables de bien faire leur travail.  L’UCMU dépend entièrement du travail de gens bénévoles, aucun de ses membres ne reçoit de rémunération. Cet OSBL existe depuis le début des années 2000 et elle fait la maintenance de ses véhicules d’intervenant grâce à l’aide de quelques commerçants de la région.

Le besoin de financement vient du fait que les véhicules d’intervention doivent absolument être remisés à l’intérieur afin d’éviter le gel des liquides en hiver. Donc, il faut monter un projet de construction d’un garage (caserne) pour mettre les  véhicules. L’UCMU a reçu un terrain de la MRC local et maintenant il faut trouver des commanditaires pour construire et financer le garage.

Voici quelques idées:

  • Dans le courriel reçu, on me précise que personne dans l’OSBL ne possède d’expérience en recrutement de porte-parole et c’est à mon avis le premier problème majeur car les articles que j’ai lus précisent en effet que recruter un porte-parole demande beaucoup de temps et de doigté dans les discussions avec les agents de célébrités. Ce m’amène à poser la question : est-ce que le porte parole est vraiment la clé du succès d’une campagne de financement? Est-ce que les chances de succès seraient plus grandes avec des activités plus « modestes » menées localement afin de mieux faire connaître l’importance de la mission de l’UCMU?
  • Je lis aussi que les célébrités sont souvent conseillées par leur agent qui va insister pour supporter uniquement des OSBL d’envergure provinciale ou nationale. Cet élément d’information ne joue pas en faveur de l’UCMU qui oeuvre seulement en Montérégie. D’un autre côté, peut-être que l’UCMU devrait faire la liste des personnages publics qui viennent de la Montérégie et qui auraient plus d’intérêt à supporter une bonne cause locale.
  • On dit souvent que les gens s’impliquent dans une cause à partir du moment où ils sont affectés par un évènement. Peut-être que l’UCMU devrait essayer de solliciter l’aide des gens qui ont bénéficié de son aide pour essayer d’identifier des porte-parole potentiels.
  • Je tenterais aussi une approche auprès des principales entreprises de la région pour solliciter leur aide pour une cause qui touche potentiellement leur marché et leurs employés
  • L’UCMU pourrait aussi approcher les OSBL qui oeuvent aussi dans l’aide aux sinistrés pour voir s’il ne serait pas possible d’approcher un porte-parole déjà impliqué dans cette cause mais avec un autre OSBL? La sensibilisation à la cause étant déjà établie, il devrait être plus facile de faire comprendre le besoin et la mission.
  • Finalement, une chose bien importante est de clairement définir les objectifs financiers et ce qui sera fait avec l’argent amassé. Les porte-paroles ou les gens qui supportent financièrement une cause veulent savoir comment sera utilisé leur temps ou leur argent.

Voilà mes humbles idées. Encore une fois, si vous avez des conseils à donner à l’UCMU, svp les ajouter en commentaires.

Read Full Post »

recrutement

Alors que ce petit blog commence à recevoir plus de visites après quelques mois d’activité, des contacts intéressants s’établissent. Par exemple, je rencontre bientôt un responsable des communications d’une belle OSBL à Montréal pour laquelle je pourrai peut-être me rendre utile et contribuer sur le plan marketing. C’était clairement un des objectifs de du blog.

Aussi, je souhaites que des intervenants du milieu philanthropique, travailleurs ou bénévoles, puissent y trouver des réponses à des questions ou des idées inspirantes. C’est dans le but de répondre à une question qui m’a été posée hier par un visiteur que j’écris cet article : « Connaissez-vous des chasseurs de têtes dans le domaine de la philanthropie? ». Malheureusement, je dois répondre que je n’en connais pas. Je doute même beaucoup qu’il en existe étant donné les coûts rattachés à l’embauche d’un chasseur de têtes. Mais peut-être que certaines boîtes de recrutement ont un volet spécifique philanthropie?

Si vous travaillez dans une firme de recherche de cadres qui fait du philanthropique ou si vous en connaissez, svp faites-le moi savoir. Il me fera plaisir d’en parler et de présenter leurs services. Entretemps, voici quelques sites qui peuvent être utiles pour ceux qui cherchent un emploi marketing dans un organismes sans but lucratif. Je n’invente rien, je ne fait qu’énumérer des sites très connus sur lesquels on peut accasionnellement voir des postes dans le domaine:

La liste n’est pas très longue, j’en conviens. J’aurais voulu ajouter des liens vers des pages précises sur Jobboom et Monster, mais j’ai perdu patience avec ces sites. Ce qui n’est pas très bon, étant donné que je ne suis pas analphabète en navigation Web. Si vous savez comment générer des pages spécifiques aux offres d’emploi en marketing philanthropique, il me fera plaisir de les ajouter.

Read Full Post »

hema_quebec

Ce poste au sein de l’équipe marketing d’Héma-Québec semble très intéressant. Vous pouvez en trouver une description détaillée sur le site sur le site d‘InfopresseJobs. Héma-Québec est connu de tout le monde, il n’est donc pas nécessaire de présenter en détail ce qu’ils font. Malgré tout, pour vous motiver davantage à joindre une OSBL ayant un rôle social excessivement important, je vous suggère fortement une visite sur leur site Web qui offre beaucoup d’information. La lecture de l’historique d’Héma-Québec est très intéressante.

Une chose que j’aime bien dans cette offre d’emploi est son ouverture avec les phrases suivantes qui sont efficaces pour capter l’attention d’un chercheur d’emploi. On y énonce des valeurs que tous les travailleurs aiment à trouver dans un nouvel employeur :

« Chez Héma-Québec, fournisseur de composants, de substituts sanguins et de tissus humains québécois en plein essor, nous considérons chacun de nos employés comme un maillon essentiel de notre mission.

Votre rigueur et votre sens des responsabilités trouveront un véritable écho dans notre désir d’innover sans cesse sur le plan humain et technologique.  »

Attention, le poste est relativement sénior avec une exigence de 15 années d’expérience. J’en conclus que les défis y sont intéressants et que la personne recherchée aura la possibilité de mettre ses capacités et son expérience à contribution. Faites vite, ce genre de poste ne reste pas vacant longtemps!

Read Full Post »

jeunesse_jecoute

Voilà qui semble être un bel emploi pour une cause que je considère extrêmement importante : offrir un soutien aux jeunes en détresse. Je vous invite à visualier la dercription du poste de Directeur/Directrice général qu’on retrouve sur Isarta. Il n’y a pas de date limite pour soumettre une candidature, mais l’entrée en fonction est prévue pour le début mars.

Personnellement, quand je cherche une opportunité d’emploi et que je tombe sur quelque chose d’intéressant, deux choses m’importent beaucoup : une présentation motivante de l’employeur au niveau de ses actions et de ce qui le distingue ainsi qu’une description claire des fonctions du poste.

Jeunesse J’écoute ne se présente pas vraiment dans l’offre d’emploi (peut-être par soucis d’économie … paie-t-on au mot sur Isarta?), mais toute les réponses à vos questions sont disponibles sur leur site Web que je trouve extrêment riche en information. Une visite en profondeur prouve hors de tout doute que Jeunesse J’écoute joue un rôle social très important et qu’y travailler doit être très valorisant pour quiconque cherche à contribuer socialement.

Quant à la description claire des responsabilité, Jeunesse J’écoute se surpasse et offre une précision rarement observable. Voici le détail :

Responsabilités

Planification (10 %)
Financement (35 %)
Sensibilisation (20 %)
Recrutement de bénévoles adultes (10 %)
Développement du programme Étudiant ambassadeur (10 %)
Gestion des ressources humaines (10 %)
Administration (5 %)

Quand je vois une telle description, je me dis que le poste est solidement défini et que les surprises sont peu probables. Non pas que tout les candidats aient besoin de savoir ce qu’ils feront chaque minute de la journée dans un nouvel emploi, mais il est trop fréquent de postuler pour un emploi qui se révèle être bien différent de ce qu’on nous avait décrit…

Read Full Post »

Ça fait plus de 15 ans que je fais de la stratégie marketing pour aider les grandes entreprises privées à rendre leurs stratégies marketing plus rentables et efficaces. J’aimerais croire que les organismes philanthropiques ont autant les moyens de planifier et cibler leurs activités de financement ou de recrutement de bénévoles. Je suis certain que plusieurs organismes font très bien les choses car dans le domaine philanthropique plus que partout ailleurs, le retour sur l’investissement marketing est crucial, des services offerts à des gens en besoin en dépendent.

C’est pour cette raison que je vais passer du temps à explorer les diverses opportunités qui s’offrent aux organismes à but non-lucratif de maximiser leurs efforts marketing. Et une des façons les plus profitables est de bien cibler le « marché » cible des donneurs et des bénévoles potentiels. À ce titre, je crois que les baby boomers sont sûrement un des segments de la population les plus intéressants à cibler … et ils le sont probablement à outrance. Une approche efficace et subtile en terme de communication est primordiale et je reviendrai sur les meilleures pratiques à ce niveau. Pour le moment, une courte démonstration des raisons pour lesquelles les organismes devraient prioriser le segment des baby boomers pour recruter des bénévoles.

Le bénévolat représente une ressource très utile pour l’économie d’un pays. En France, une étude en 2002 a même chiffré la contribution économique du bénévolat à plus de 12 milliards d’euros! La vigueur du travail bénévole dans une société est aussi un bon indicateur de la solidité de son tissu social. Personnellement, je crois que certains bénévoles sont tout simplement des héros et qu’ils devraient être davantage valorisés. Je me souviens avoir rencontré un assisté social lors de ma maîtrise qui faisait plus de 60 heures de bénévolat par semaine et une autre qui réparait gratuitement tous les vélos de son quartier défavorisé. Voilà des gens qui font une énorme différence. Est-ce nécessaire de préciser que dans l’état actuel des services sociaux déficients et d’une population vieillissante, les bénévoles pourront jouer un rôle important.

Les baby boomers futurs retraités représentent un “marché” idéal pour les centres de bénévolats. Ils sont éduqués, spécialisés et disposent de ressources pour redonner à la communauté. De plus, un bénévolat accru de leur part contribuerait à contredire certaines rumeurs voulant que les boomers soient égoistes. Sans oublier que l’intergénérationnel pourrait être bien servi si le bénévolat se fait auprès d’une clientèle plus jeune.

greatexpectationsfaces.jpg

Volunteermatch, un organisme de San Francisco, vient de publier une étude concernant la participation des boomers au bénévolat. Cette étude pourrait être très utile aux organismes qui recrutent de nouveaux bénévoles car elle offre une quantité impressionante d’information. Je vous suggère fortement d’en faire la lecture dont voici les faits saillants :

  • Plus de la moitié des boomers qui ne font pas de bénévolat en ce moment ont l’intention de considérer cette activité
  • Parmi ceux-ci, les femmes et les “professionnels” sont les plus intéressés à commencer une activité bénévole
  • Les activités les plus populaires sont celles qui combinent la possibilité de faire une différence tout en apprenant de nouvelles choses
  • Un bénévole de plus de 55 ans, à cause de sa plus grande disponibilité, a une contribution substantiellement plus importante que les bénévoles plus jeunes
  • Plus on vieillit, plus il est difficile de trouver la “bonne cause”.

À ce la s’ajoute les valeurs de partage et d’entraide avec lesquelles la plupart des baby boomers ont grandi. Sûrement qu’aujourd’hui, maintenant que leur situation leur laise du temps libre, ils seront ouverts à redonner et revivre le sentiment communautaire plus que jamais?

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :