Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Consultation pro bono’ Category

En philanthropie quand on se fait offrir une campagne de publicité pro bono, on se montre toujours très reconnaissants étant donné que ce genre de projet représente presque une activité de communication qu’on ne pourrait pas se permettre financièrement. En partant de ce principe, on se dit que tout résultat généré par la campagne sera acceptable vu que ça se compare à ne pas faire de campagne du tout…

C’est un peu dans cet optique que j’ai accueilli il y a quelques mois la gentille intention de l’agence Cossette de nous aider en créant un défi ludique et unique en lien direct avec qui nous sommes : un organisme ancré dans la joie, la bienveillance et le plaisir du moment présent, même si le contexte de la maladie et de l’hôpital n’est pas le plus joyeux.

Après une visite d’observation pour voir les Drs Clowns au travail, des sessions internes de brainstorm et des rencontres de travail avec l’équipe de la fondation, Cossette nous a proposé de réaliser le Drôle de défi. Résultat ? Une campagne qui a largement dépassé nos rêves les plus fous en termes de répercussions. Nous étions déjà reconnaissants avant la le début de la campagne, maintenant nous sommes sous le choc et la surprise du succès obtenu.

 

Une des leçons retirées de ce projet est qu’il est toujours bénéfique de se laisser analyser par un oeil externe. À force de travailler sur la communication de sa mission, un organisme caritatif peut tomber dans le raffinement de ses messages et oublier ce qui est simple à partager et qui capte l’attention. Cossette a très bien réussi à le faire pour nous, on les remercie grandement. De plus, Telus a eu la générosité de participer à la campagne en offrant un don de 1$ du partage, ce qui assurait dès le départ un succès financier.

Les impacts du Drôle de défi Dr Clown sont autant tangibles qu’intangibles, en ce sens que plusieurs dons ont été faits suite à l’expérience du défi, mais nous savons que l’accroissement de notre notoriété engendré par la campagne va générer des impacts sur le moyen terme aussi. Voici quelques faits saillants de la campagne :

  • La page Web du Drôle de défi a été visité près de 100 000 fois en moins de 2 mois.
  • Près de 1 000 personnes ont fait un don en ligne ou texto, plusieurs laissant des commentaires touchants : https://fondationdrclown.ca/campagnes-de-financement/drole-de-defi-91 Et la réaction sur Facebook a permis d’activer des « fans » qui ont souvent partagé des commentaires personnels renforçant notre argumentaire

  • Grâce à la participation d’une agence comme Cossette, le placement média obtenu est énorme, avec articles Presse+ et autres qui permettent de développer davantage l’argumentaire.

  • L’exécution optimale de la stratégie des médias sociaux, avec un budget de publicité important, a été clé dans la réussite de la campagne.

  • Des centaines de milliers de personnes ont vu les vidéos de la campagne sur Youtube et Facebook. Ils sont pour la très grande majorité passés de « Je ne connais pas la Fondation Dr Clown » à « C’est bien ce qu’ils font ». Maintenant c’est à nous de familiariser ces gens avec d’autres aspects de notre impact social.

 

Le Drôle de Défi Dr Clown est maintenant une campagne à faire évoluer. Les retombées financières et de renforcement de notre marque sont encore en développement, mais nous savons déjà que tous les gens recrutés et maintenant plus engagés à la cause vont devoir être mobilisés réellement. Du bon travail relationnel nous attend dans les prochains mois. Mais aussi, on peut envisager que refaire vivre cette campagne annuellement en présentant d’autres facettes de notre mission.

Quand une campagne de publicité pro bono génère de bons résultats financiers et branding en plus d’offrir un actif de communication à long terme, on peut franchement parler d’une belle exécution utile à l’organisme…

Publicités

Read Full Post »

La Fondation de l’Institut Nazareth et Louis-Braille a eu l’excellente idée de mettre sur pied un comité de marketing et innovation pour optimiser ses pratiques en matière de levée de fonds et marketing en général. Les membres proviennent de différentes industries et partagent une intention de contribuer positivement à l’amélioration des activités de marketing de la fondation. Ce comité se rencontre sur une base trimestrielle avec des discussions téléphoniques selon les besoins.

Bien qu’il y ait déjà eu une rencontre, il est toujours possible pour vous de joindre cette équipe de bénévoles. Alors, si vous avez des idées à partager, que vous détenez une bonne expérience en marketing et que vous aimeriez donner quelques heures de votre temps, vous n’avez qu’à communiquer avec madame Sylvie Tremblay, directrice générale de la Fondation, au 450 463-1710, poste 301.

L’Institut Nazareth et Louis-Braille est le seul centre au Québec dédié exclusivement aux
personnes vivant avec une perte de vision partielle ou une cécité totale et offre des services d’adaptation, de réadaptation et d’intégration sociale, scolaire et professionnelle. Crée en 2000, la Fondation de l’Institut Nazareth et Louis-Braille a pour mission de recueillir des fonds pour assurer le développement de l‘Institut, le soutenir dans ses projets et contribuer à son rayonnement ainsi qu’à son leadership.

Il s’agit définitivement d’une cause qui mérite notre support et l’apport d’idées provenant de spécialistes comme vous qui amènent un regard externe pouvant donner lieu à de belles innovations. Il s’agire d’une expérience très valorisante pous vous, aucun doute!

Au plaisir de vous cotoyer sur le comité!

Read Full Post »

pro_bono

Deloitte vient de publier leur rapport annuel sur la situation de la consultation pro bono qui se fait auprès des OSBL (2009 Deloitte Volunteer Impact Survey). Comme un de mes objectifs personnels est justement d’offrir bénévolement mes services en marketing aux OSBL, je trouve ce rapport très intéressant … et un peu décourageant.  Le constat général de cette étude est que le volume de consultatution pro bono effectuée auprès des OSBL est de loin inférieur à ce qu’il pourrait être pour diverses raisons que je vous énumère plus bas. Ce constat, dans une période où les besoins sociaux augmentent et le financement des OSBL diminue, a de quoi me rendre inquiet.

Pourquoi l’expertise de grande valeur de professionnels expérimentés n’est-elle pas mise à contribution? Sommes-nous en train de gaspiller une forme très importante de contribution au succès des OSBL? si c’est le cas, il ne faudrait pas oublier qu’en bout de ligne, ce sont les bénéficiaires des services rendus par les OSBL qui en souffre. La solution, sans nul doute, implique autant les OSBL que les entreprises qui pourraient offrir le service des professionnels … ainsi que les professionnels eux-mêmes qui peuvent toujours prendre l’initiative de servir une bonne cause.

Les raisons expliquant cette situation sont nombreuses. Voici les principales ainsi que certains faits énoncés dans le rapport de Deloitte qui méritent notre attention. Notez que cette étude a été réalisée aux États-Unis auprès de 300 répondants corporatifs et 360 répondants travaillant dans des OSBL. Sans affirmer que la situation est la même au Québec, je doute que nous nous distionguions par une maximisation de la consultation pro bono :

  • 40% des OSBL prévoient dépenser plus de 50000$ en consultation durant l’année alors que 25% avouent n’avoir aucun plan pour utiliser des consultants pro bono. Je ne remets pas en question l’utilisation de consultants par les OSBL, au contraire. Ces consultants sont souvent spécialisés en philanthropie et ils amènent une belle contribution. La question demeure toutefois de savoir pourquoi 25% ignore cette opportunité de mieux performer?
  • 95% des répondants OSBL admettent qu’ils pourraient bénéficier des services de consultation pro bono alors que plus du tiers de ces OSBL n’ont pas structure interne pour déployer cette forme de bénévolat, 24% des OSBL n’ont pas de responsable de la gestion des bénévoles.
  • Seulement 50% des répondants corporatifs admettent ne pas avoir de programme en place pour offrir de la consultation pro bono.
  • 97% des répondants OSBL disent ne pas savoir où s’adresser pour solliciter cette forme de bénévolat auprès des entreprises.
  • 81% des répondants OSBL disent que les dons monétaires sont très importants alors que seulement 46% affirment la même chose pour la consultation pro bono.

Je crois que l’amélioration de cette situation devrait être une responsabilité du domaine corporatif qui pourrait, idéalement, mettre en place des outils pour mieux connaître les besoins des OSBL et mieux les satisfaire. Cela représente une belle forme de philanthropie corporative et les employés qui font du bénévolat en retirent sûrement une belle satisfaction. Comme les OSBL semblent avoir une certaine difficulté à accueuillir et profiter de la consultation pro bono, là aussi les entreprises pourraient faire preuve de créativité dans la façon d’intégrer leurs consultations aux opération des OSBL. Ce défi n’est pas très différent des projets habituels des professionnels qui commencent toujours par une définition des rôles et responsabilités et des méthodes de travail.

En terminant, je vous invite à visiter le site de Taproot Foundation, qu’on pourrait décrire comme une agence de rencontre entre OSBL et consultants pro bono.  Je trouve le concept génial, y a-t-il un clone au Québec? Sinon, c’est pour quand?

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :