Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Blogosphère’

Vincent le canneux a un blog superbe sur lequel il parle de conserves avec une plume (ou un clavier) fort habile. Le cannage n’est pas mon dada, mais je dois admettre que son blog et la passion avec laquelle il l’alimente m’impressionnent beaucoup. Bloguant depuis plus de 5 ans, Recette de conserves maison est devenu très contenu et visité par de nombreux lecteurs fidèles.

Pourquoi est-ce que je vous parle de Vincent le canneux? Tout simplement parce que je suis tombé sur un de ces articles dans lequel il présente l’idée de léguer les revenus de son blog à un OSBL. C’est la première fois que j’entends parler d’un tel projet dans la blogosphère et je la trouve franchement géniale. Un peu comme mon initiative de vendre des bouquins usagés pour faire des dons aux OSBL, ce projet me semble assez modeste en termes monétaires mais tout de même intéressant par son côté altruiste et exemplaire.

Bravo à Vincent le canneux et je souhaite que certains OSBL vont le contacter pour entre prendre des démarches pour concrétiser cette idée!

Publicités

Read Full Post »

Oxfam-québec est l’un des seuls organismes qui blogue activement. Et encore une fois cet OSBL extrêmement dynamique au niveau de sa stratégie marketing nous donne un bel exemple de communication optimisée par à l’utilisation des outils Web.

La recette parfaite du blogging pour les OSBL consiste entre autres à donner la parole aux personnes impliquées dans le réalisation de la mission. Ce sont ces personnes qui peuvent le mieux présenter avec passion ce que l’OSBL réalise comme oeuvre sociale afin de nous faire apprécier toute leur valeur, tout en nous faisant découvrir les bénéficiaires de leurs actions positives. Cela nous permet de mettre des visages derrière le logo de l’organisme – les visages des héros qui travaillent pour l’OSBL et les visages de ceux qui ont besoin d’aide. C’est à mon avis une approche efficace pour motiver les donateurs potentiels à donner ou les bénévoles à s’enrôler.

Oxfam-Québec a la chance de pouvoir compter sur trois blogueuses très intéressantes que l’organisme présente ainsi :

Lynn Dolen, Directrice Communications / marketing d’Oxfam-Québec, est au Bénin à l’occasion de la première édition du programme Voyage solidaire d’Oxfam-Québec.En mots et en images, elle vous fera découvrir l’Afrique à travers ses yeux qui la voient pour la première fois. Lisez son blogue !
Mélissa Cabana, consultante TIC-mobilisation jeunesse pour Oxfam-Québec et étudiante à la maîtrise en communication, est en Amérique latine.Elle s’intéresse à l’usage et l’appropriation d’Internet pour l’engagement et la création de liens entre des jeunes du Nord et du Sud.

Suivez son blogue pour en savoir plus sur le travail d’Oxfam-Québec et de ses organisations partenaires en Bolivie et au Pérou.

Justine Lesage, agente communication – relations médias d’Oxfam-Québec, était en Italie à l’occasion du G8.Lisez son blogue pour en savoir plus sur le travail d’Oxfam et ses interventions auprès des dirigeants du G8.

Read Full Post »

silos

Dans le monde des affaires et aussi des entreprises publics, la problématique des silos est très bien connue pour ses effets néfastes sur la performance. Plusieurs chefs d’organisations cherchent des solutions à ce problème qui nuit au travail d’équipe parce que les équipes ne collaborent pas par manque de communication ou, encore pire, par soucis de concurrence. Certains espéraient que les outils de l’entreprise 2.0 (blog interne, wikis) pourraient aider à abattre les silos, mais dans les faits le défi persiste plus que jamais.

Quand j’ai décidé de partir ce blog il y a quelques mois afin de mieux comprendre le milieu philanthropique et essayer de contribuer à ses bonnes pratiques de marketing, je m’attendais à trouver plus de collaboration entre les OSBL, surtout celles qui travaillent sur la même cause. Mais à moins d’avoir mal regardé, je ne trouve pas d’exemple de groupement d’OSBL, ce qui me porte à croire que les silos sont également omniprésents dans le monde philanthropique. Est-ce parce que la concurrence est trop forte pour aller chercher les dollars discrétionnaires destinés aux OSBL? Est-ce par simple manque de temps qui empêche les OSBL de se rencontrer et s’organiser? Ou est-ce parce que les bénéfices de la collaboration ne sont pas compris?

Personnellement, je crois que les silos doivent tomber. Voici quelques arguments ou exemples, vous en connaissez sûrement d’autres :

  • Négocier des meilleurs prix avec divers fournisseurs. Rencontrer un imprimeur et lui garantir un plus gros volume de travail parce qu’un groupe d’OSBL feront affaire avec lui va sûrement entraîner des économies.
  • Mieux gérer certains fournisseurs serait aussi un bénéfice. Prenons l’exemple des sites Web. Plusieurs OSBL sont aux prises avec un site qui ne leur donne pas de flexibilité ou coûte cher à faire modifier. Si un groupe d’OSBL fait affaire avec un seul fournisseur Web, ce dernier aura avantage à bien les servir et développer des solutions adaptées.
  • Échanger sur les meilleures pratiques. Pourquoi pas? Je sais que des OSBL se considèrent parfois en compétition, mais les échanges d’idées auraient des bénéfices très grands pour éviter de mauvaises pratiques fort coûteuses.
  • Organiser des campagnes de levée de fonds en collaboration. Si on m’approche pour me demander de financer une OSBL en particulier, il se peut que je dise non simplement parce que je n’ai pas d’affinité avec la cause en question. Mais si on m’approche pour me demander si je veux financer une OSBL parmi un groupe qu’on me présente, les chances sont plus grandes que j’en trouve au moins une qui me touche assez pour que je mette la main à ma poche. Au total, le coût par contact est réduit pour chaque OSBL.
  • Pourquoi ne pas créer un blog collectif où les gestionnaires et travailleurs d’OSBL vont écrire sur les causes qu’elles défendent? Plus de visites seraient obtenues ainsi, donc plus de visibilité pour tout le monde.
  • Pourquoi ne pas créer une communauté Web dans laquelle des gens impliqués dans les OSBL, des bénévoles et des bénéficiaires des services rendus se rencontrent pour échanger des idées et s’entraider?

J’écris cet article par pur utopisme, j’en suis conscient. La nature humaine et le manque de temps vont faire en sorte que chacun va demeurer dans son silo. Quand ces silos nuisent à la performance d’une entreprise qui génère des millions de revenus, c’est dommage. Mais quand ça nuit aux gens et aux causes qui ont besoin d’une performance optimale des OSBL, ça devient presque inacceptable…

Read Full Post »

bailoutbooth

Ne vous faites pas d’illusion et n’allez pas me prendre pour un complet naif, donner de l’argent à un peu n’importe qui et pour des raisons rapidement expliquées ne constitue pas une forme de philanthropie struturée et bénéfique à long terme. C’est ce que bailoutbooth.com  fait en ce moment alors qu’un mystérieux personnage s’installe pour quelques jours dans 4 grandes villes américaines pour distribuer des sommes d’argent à ceux qui ont la patience et le besoin de se mettre en ligne pour quelques heures. Quand leur tout arrive, ces gens expliquent pourquoi ils ont besoin d’argent et le mécène inconnu leur en donne sur le champs. Un total de 500 000$ sera distribué.

En fait, les motifs de Bailoutbooth semblent strictement publicitaires, donc que ça ne représente pas un geste philanthropique en soi. N’empêche que c’est la première fois que j’entends parler de ce type d’initiative et je me demande s’il ne s’agit pas d’une forme de marketing philanthropique qui a de l’avenir, soit au bénéfice des gens qui en ont besoin ou même pour être utilisé par les OSBL. Je m’explique.

Les spécialistes marketing sont nombreux à dire que la publicité de masse perd de son efficacité dans un monde où les consommateurs (dans un contexte philanthropique, on parle des gens qui font des dons) sont bombardés par trop de messages publicitaires. Dans une telle situation, le réflexe d’ignorer la publicité prend plus d’ampleur et le résultat pour ceux qui ont un message à communiquer est qu’ils doivent investir encore davantage pour obtenir une fréquence suffisante à créer de la notoriété. Cette croissance de dépense n’est pas une bonne nouvelle pour les OSBL.

Autre fait important causé par une hausse des messages publicitaires : les consommateurs ont davantage tendance à se fier à leur réseau social pour choisir sur quoi leur attention va se porter. Les amis, collègues de travail et membres de la famille deviennent ainsi les meilleurs porteurs de messages au service des publicitaires. C’est pourquoi le word of mouth est si populaire ces temps et que les entreprises mesurent si précisément leurs indicateurs d’ouverture à recommander leurs services/produits. Mais ici aussi le problème de quantité vient jouer un rôle important. Tout le monde est exposé à plus d’informations, lesquelles allez-vous communiquer à vos amis, collègues et membres de famille? Ce qui m’amène au troisième point.

Pour attirer l’attention des consommateurs submergés, il faut trouver une façon d’être remarquable. Par cela j’entends autant « sortir de l’ordinaire » que « représenter une histoire intéressante à raconter ».  MacDonalds pourrait être remarquable en vous offrant un triple Big Mac extra sauce calorifique, mais cela ne vous inciterait pas à en parler à vos amis : « Wow, tu devrais aller chez MacDonalds, ils sont un triple Bigmac extra sauce. » Cette histoire est presque gênante à raconter. Mais dans le cas de Bailoutbooth, l’approche est tellement remarquable que tous les médias en parlent et tellement positive que tous les gens qui croisent ce phénomène vont avoir l’intention d’en discuter avec un ami : « T’as vu ce kiosque au centre-ville qui distribue de l’argent à tout le monde? ».

Cette approche d’offrir quelque chose de remarquable sera sûrement reprise par d’autres entreprises dans les mois qui viennent. Pensez à cette annonce virale d’il y a quelques semaines à propos de l’emploi de rêve sur une île autralienne qui affichait un salaire de 150 000$ pour des responsabilités qui semblaient très plaisantes. Tous les médias traditionnels et nouveaux du Web 2.0 en ont parlé. Je suis certain que les bénéfices pour l’industrie du tourisme en Australie va en bénéficier pour des années. Le tout pour 150 000$. Sans aucun doute un meilleur retour sur investissement qu’une publicité au super Bowl. Avec 500 000$, Bailoutbooth n’aurait jamais obtenu autant d’attention.

Voilà pourquoi je pense que ce nouveau type de marketing va représenter deux opportunité pour les OSBL. D’abord, des entreprises devraient s’associer à des OSBL pour faire quelque chose de remarquablement positif et ainsi faire parler d’eux comme jamais. Aussi, certaines OSBL disponsant d’un budget marketing assez significatif voudront peut-être se poser la question si elles obtiennent un retour sur investissement suffisant et si une nouvelle approche serait plus efficace…

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :