Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Sous-alimentation’ Category

J’ai reçue l’information suivante qu’il me fait plaisir de vous relayer. Je trouve l’activité fort intéressante au niveau de son effort de sensibilisation et la cause défendue.Ce flash mob est organisée par l’Action contre la faim pour lequel j’ai inséré la vidéo institutionnelle au bas de ce post. Comme la plupart de mes visiteurs sont au Québec, se rendre à Paris pour participer à l’évènement est malheureusement impossible. Mais signer la pétition en lien plus bas ne prend que quelques secondes…

VIVRE SANS TOILETTES = DANGER DE MORTS POUR 2,5 MILLIARDS DE PERSONNES

1/3 de l’humanité n’a pas accès à des toilettes décentes…et 5000 enfants en meurent chaque jour.

Mobilisez-vous pour pousser les gouvernements du monde à agir.

Avec ACF, participez à la FLASH MOB : la plus longue file d’attente symbolique devant les toilettes.

A Paris, rendez-vous le 19 mars à 12h45 ! Place de LA MADELEINE Paris 8ème (métro Madeleine 8-12-14)

devant les plus anciennes toilettes publiques de Paris (Face à la Madeleine à droite)

Inscrivez-vous pour participer à la FLASH MOB

http://www.actioncontrelafaim.org/vivresanstoilettes/index.html#mobilisez-vous

ou rendez-vous directement sur place à 12h45 !

Signez la pétition : http://www.actioncontrelafaim.org/vivresanstoilettes/index.html#signez-petition

Mobilisez-vous dans toute la France. Pour connaître les lieux de rendez-vous : http://www.actioncontrelafaim.org/vivresanstoilettes/

Nous vous attendons nombreux !

Publicités

Read Full Post »

moisson_montreal

La Presse a publié hier un article sur les difficultés que connaît Moisson Montréal  au niveau de sa banque alimentaire. Cette nouvelle, bien que prévisible, m’a beaucoup attristé. J’en profite pour faire le lien avec un billet que j’ai écrit il y a quelques jours sur l’impact de la récession sur le financement des OSBL.

Mon billet avait deux volets. Un premier qui abordait l’évidence concernant le fait que les dons qui sont plus difficiles à obtenir étant donné que tout le monde se serre la cainture. Dans le cas de Moisson Montréal, cet impact est double car la clientèle ciblée en arrache justement encore plus que les autres. Des besoins grandissants et une entrée diminuante de dons mènent à la catastrophe que, j’ose l’espérer, Moisson Montréal saura éviter. Concrètement, les dons fait à Moisson Montréal ont chuté de 21% durant les six premiers mois de 2009 alors que les organismes soutenus par eux sont plus dans le besoin.

Là où l’article de La Presse m’inquiète vraiment beaucoup, c’est quand la directrice générale de l’organisme explique que Moisson Montréal va miser davantage sur la multiplication des petits dons afin de contrer la baisse du support des grandes entreprises ou des anges financiers qui font des dons majeurs. L’idée est en soi excellente et vient rejoindre le deuxième volet de mon billet concernant le désir des consommateurs de prendre part à des mouvements sociaux qui aident à améliorer une situation précise. Le président Obama a très bien démontré le potentiel de cette approche alors que des millions d’américains ont fait un petit don qui leur donnait l’impression de prendre part à une vague sociale importante.

Le défi pour Moisson Montréal est sa capacité de mettre une telle stratégie en opération car dans le même paragraphe on peut lire que le personnel permanent a été réduit. Ceci est dommage puisque la stratégie des petits dons nécessite l’utilisation des outils de réseautage social qui sont gratuits mais qui demandent un investissement de temps important. Et si vous visitez le très beau site Web de Moisson Montréal, vous verrez par vous-même qu’il n’y a pas de blog (à part celui qui décrit les travaux de rénovation), pas de page Facebook ni de compte Twitter. Et je ne crois par que des engins comme Youtube soient mis à contribution (pas depuis plusieurs mois). Je me suis toutefois inscrit au bulletin électronique que j’espère recevoir régulièrement. Car il est PRIMORDIAL que Moisson Montréal arrive à régulièrement communiquer avec un maximum d’agents sociaux.

En conclusion, si vous cherchez une cause dans laquelle vous investir pour faire une différence, Moisson Montréal est sûrement un organisme de prédilection en ce moment. Vous n’avez qu’à les contacter…

Read Full Post »

J.F. Kennedy a dit un jour quelque chose qui ressemble à : « Nous avons aujourd’hui les capacités technologiques pour nourrir tous les individus sur la planète … et nous avons aussi les capacités technologique pour la détruire ». Force est d’admettre que depuis cette déclaration nous nous sommes beaucoup trop consacré à trouver des innovations aux outils de guerre qu’aux outils permettant de mieux nourrir, soigner, loger les êtres humains.

C’est en lisant le bulletin d’Oxfam-Québec que j’ai pris connaissance de la publication du rapport « Le droit de survivre – Le défi humanitaire du 21ème siècle. » Si vous n’êtes pas encore abonné au bulletin d’Oxfam-Québec, qu’attendez-vous pour le faire? Vous y trouver des informations importantes sur les besoins en aide humanitaire dans le monde ainsi que des nouvelles sur l’organisme et ses activités de financement.

droit_de_survivre

Quant au rapport, il est disponible en format résumé et intégral sur le site Web d’Oxfam-Québec. Sa lecture est intéressante pour ceux qui ne sont pas des spécialistes des besoins humanitaires un peu partout sur la planète. De façon globale, on y apprend que « Chaque année, presque 250 millions de personnes en moyenne subissent les conséquences de catastrophes naturelles.  Les résultats de nouvelles recherches menées pour ce rapport amènent à prédire que, d’ici à 2015, ce nombre pourrait augmenter de plus de 50 pour cent pour atteindre en moyenne plus de 375 millions de personnes touchées par des catastrophes liées au climat tous les ans. »

Le droit de survivre explique bien que l’effet combiné des désiquilibres au niveau de l’urbanisme, des catastrophes climatiques et de la clise économique augmente la quantité des catastrophes qui surviennent dans un contexte où il est toujours plus difficile de bien répondre aux besoins. Si vous n’êtiez pas déjà convaincu que l’heure est à l’action et la prise de conscience, le rapport aide à comprendre qu’il faut

  • assurer un avenir plus sûr avec des systèmes de réponse capable de mieux contrer les catastrophes;
  • responsabiliser les États afin de mieux subvenir à la demande d’aide et mieux gérer l’aide reçue;
  • réduire la vulnérabilité avec des outils d’alerte aux catastrophes et une meilleure protection de l’environnement.

Pour terminer, je vous partage quelques citations du rapport que je trouve percutantes:

  • En 2006, le monde a plus dépensé en jeux vidéos qu’en assistance
    humanitaire internationale.
  • Si l`on compare la réponse au niveau mondial lors du tsunami de l’océan Indien de 2004, à celle apportée, la même année, au conflit tchadien, on constate que les 500 000 victimes du tsunami ont reçu en moyenne 1 241dollars chacune en aide officielle, alors que chacune des 700 000 victimes du Tchad n’a reçu que 23 dollars.
  • En 2008, les gouvernements européens ont trouvé 2 300 milliards de dollars pour fournir des garanties à leurs secteurs financiers. Une aide décente pour tout un chacun prend, à côté de cela, des allures de bonne affaire !

Read Full Post »

Pendant que j’écrivais cet article, environ 500 personnes sont mortes de faim dans le monde et 375 étaient des enfants. À toutes les 3,6 secondes, une personne meurt de faim et dans 75% des cas il s’agit d’un enfant. Comment choisir un qualificatif pour décrire cette réalité? Hallucinant? Révoltant? Innaceptable? Faites votre choix, on pourrait en lister des centaines, tout ça pendant que des centaines d’êtres humains s’éteignent faute de nourriture. En fait, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde frôle le milliard en ce moment. Génial, non?

faim

Ne vous en faites pas, je n’écris pas cet article pour donner mauvaise conscience à qui que ce soit. Vous pouvez toujours préparer votre souper ce soir et vous empifrer comme d’habitude. Moi-même je le ferai. Et de toute façon, la solution n’est pas nécessairement dans un régime collectif orchestré en Occident. Pour vaincre la faim dans le monde, la solution passe par une volonté politique des États les plus riches. Si on veut faire quelque chose, ce serait plutôt en exerçant une pression constante sur nos gouvernements pour qu’ils démontrent leur intention réelle de nourrir la planète.

Et si jamais ces mêmes gouvernements acceptaient de se concerter et de financer une solution réelle, il faudrait ensuite accepter certains sacrifices dans nos budgets étatiques. Seriez-vous prêt à ce que M. Charest vous dise qu’il va transférer 2 milliards à l’ONU au détriment d’un programme quelconque, ce qui affecterait un de vos concitoyens … ou vous-même? Hum…il faudrait y réfléchir. Admettons que la réponse est oui, il faudrait ensuite voir à ce que les solutions apportées soient efficaces, gérées par des gens qui ont une vision et une rigueur solides. Les défis ne manquent pas.

faim2

On dirait que la faim est un problème si loin de nous (et pas toujours, car des enfants dans nos villes ne mangent pas assez) et si complexe que nous baissons les bras. Encore mieux, nous « adoptons » parfois un enfant, un village. C’est un beau geste que j’encourage, mais admettons que ça va en prendre plus pour remédier. Malheureusement, il s’agit d’une réalité qui dépasse pratiquement l’entendement. Les causes sont trop variées : climat, guerres, mauvaise gestion des ressources, éducations, éconimie, etc…

Je termine sur une citation de J.F. Kennedy et deux vidéos sur le problème de la faim dans le monde. Kennedy avait bien compris que les avancements technologiques mis entre les mains des hommes pouvaient être bien ou mal utilisés. L’histoire ne cesse de nous démontrer qu’au lieu d’utiliser la science et la technologie pour nourrir, guérir et éduquer, on s’en sert surtout pour détruire et divertir…

« We have the power to make this the best generation of mankind in the history of the world or to make it the last.

 

Je vous invite à visiter ma page de projet de dons pour découvrir comment vous pouvez m’aider à financer des OSBL sans avoir à donner de l’argent.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :